En 1870, Domitilde Appourchaux, une robuste jeune fille issue d'une famille terrienne depuis des générations s'installe à « Billy » « La Barque à l'eau » devenu Billy-Berclau, un village typique du Pas-de-Calais. Femme entreprenante pour son époque, elle reprend l'entreprise familiale de colportage et décide de se lancer dans le négoce de produits frais. C'est avec son cheval «Joli cœur » et sa carriole colorée qu'elle parcourt les campagnes. Au petit matin, elle part pour les Halles de Lille. Elle y choisit avec soin les meilleurs fromages régionaux pour les revendre dans les boutiques et les fermes des environs. En 1873, elle a 19 ans, elle épouse, Victor Drelon qui décide de partager sa passion du commerce. Au prix d'un travail acharné, en 1910 ils obtiennent une médaille d'argent à la foire de Paris. C'est le début d'un grand succès.
En 1911, leur fils Frédéric reprend l'épicerie. Il entreprend la construction de bâtiments plus vastes. Malheureusement, la guerre de 1914 ruine tous les projets. En plein sur le front, Billy-Berclau n'est pas épargné par les bombardements. L'entreprise est détruite. En 1919, il faut tout reprendre à zéro. Grâce à l'expansion des cités minières, le commerce s'agrandit rapidement. Frédéric s'oriente vers le négoce de vins et de spiritueux et la torréfaction du café qui vient du Havre.
Histoire de Drelon et nord boulangerie, maison fondé en 1870
SAS Drelon, vente de gaufres artisanales et gourmandises du Nord (biscuiterie, confiserie, chocolat)
Nord Boulangeries pendant la guerre (1929) Un nouveau coup dur vient frapper l'entreprise, le krach boursier de 1929. L'entreprise frôle la faillite et survit grâce à une gestion drastique. Animé par la passion de l'entreprise et l'irrésistible volonté de créer, après la crise, Frédéric fait repartir l'activité de plus belle. A partir de 1935, l'entreprise se modernise, Joli cœur et la carriole colorée de Domitilde ont laissé la place aux grands chariots puis aux camions. L'épicerie Drelon peut désormais livrer « plus », plus vite et plus loin ! Mais…
La deuxième guerre mondiale oblige à évacuer en 1940 alors que l'entreprise est en plein essor. A la fin de la guerre les entrepôts ont été la proie facile des pillards. L'entreprise Drelon est à nouveau ruinée. L'activité tourne au ralenti à causes des restrictions alimentaires jusqu'en 1949 !
SAS Drelon, vente de gaufres artisanales et gourmandises du Nord (biscuiterie, confiserie, chocolat)
En 1957, Frédéric Drelon cède l'affaire à son fils Cécil. L'évolution de la distribution prend un tour inquiétant pour toute la profession. La rentabilité décline rapidement et contraint Cécil Drelon à repositionner l'entreprise pour en assurer sa pérennité. Nous sommes en 1962. Cécil dont « le bon sang ne saurait mentir » s'oriente vers la clientèle des boulangeries. Il crée alors la marque « Nord Boulangeries ». Féru de produits du terroir, il a su dénicher des produits à fabrication traditionnelle qui seront vendus « en laisser sur place » dans les boulangeries en ville et en campagne. C'est à nouveau un grand succès, l'entreprise doit alors s'agrandir pour abriter les précieux produits. En 1969, elle déménage à Camphin-en-Carembault. Les représentants sillonnent le Nord et le Pas-de-Calais, l'entreprise de Domitilde entame sa troisième phase de croissance et commence à importer des produits à base de chocolats fabriqués par nos amis belges. Spécialités du nord, biscuits, gaufres, bonbons (1957)
SAS Drelon, vente de gaufres artisanales et gourmandises du Nord (biscuiterie, confiserie, chocolat)
Disribution de gourmandises du nord (1993) En 1993, la SARL devient la S.A. Drelon, dont le fils Francis prend la direction. Il poursuit l'activité dans le même sens et avec le même succès. L'essor vertigineux de la grande distribution, la mondialisation et l'explosion des nouvelles technologies de l'information et de la communication modifient le marché et la carte du monde des entreprises de commerce. L'entrée dans le 21ème siècle est devenue un nouveau défi que Francis - arrière petit-fils de Domitilde a décidé de relever !…

Bon sang ne saurait mentir !…